Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
African Democratic congress

Parti politique socialiste ivoirien (La démocratie en Afrique pour le peuple et par le peuple africain)

Une adresse au président François Hollande en prélude de sa prochaine visite en Côte d'Ivoire

Publié le 14 Février 2014 par ADCafrique

Africains, africaines ;
Ivoiriens, ivoiriennes ;
Peuples africains ;
Peuple ivoirien ;
Chers amis de l’Afrique ;
Chers amis de la Côte d’Ivoire ;
Monsieur François Hollande ;
Notre continent, berceau de l’humanité jadis, est transformé en un champ de guerre par ses fils indignes et leurs complices à la recherche de leurs intérêts égoïstes. Prêtant le flanc aux ennemis de l’Afrique, ces fils indignes veulent le pouvoir à tous les prix ; même si leur arrivée au pouvoir doit entrainer des millions de morts. Ces derniers, au pouvoir contre le gré du peuple des pays qu’ils disent vouloir diriger, vendent et détruisent tout sur leur passage pour le bonheur de leurs amis. Ces fils indignes ont avec eux, la communauté dite internationale qui met à leur disposition toutes les chaines de radio et de télévision sans oublier la presse écrite à leur solde pour parler d’eux positivement. Le quatrième pouvoir qu’est la communication est donc mis à leur disposition. L’une des trouvailles de ces fils indignes est de créer des rebellions dans des pays voisins aux pays auxquels l’on veut s’attaquer parce que celui qui dirige le pays en question n’est pas un béni oui-oui, et il n’est pas à la solde de l’ancien maître.
En Côte d’Ivoire, c’est Nicolas Sarkozy qui a imposé son ami Ouattara au pouvoir ; il a été le parrain de mariage de ce dernier. Malgré les millions de mort que son arrivée au pouvoir a engendré, il ne travaille que pour Sarkozy et ses amis ; une union qui a marquée la Côte d’Ivoire par le bombardement de civils ivoiriens à la résidence et dans les rues d’Abidjan. Venu au pouvoir avec son armée FAFN constituée de rebelles préparés au Burkina Fasso, l’ami de Nicolas Sarkozy endeuille la Côte d’Ivoire depuis la nuit du 18 au 19 Septembre 2002 jusqu’à nos jours. N’ayant aucune notion politique, la côte d’Ivoire recule malgré des coups de pousse des médias internationaux parce que tout ceci n’est que tapage médiatique inutile. Le premier fils de Sarkozy qui dirige la Côte d’Ivoire avec ses éventreurs de femmes enceintes, des tueurs de nouveaux nés et de grands génocidaires porte une veste sombre et plus grande que lui car, Alassane Dramane Ouattara se trouve à la tête d’un pays plus grand que lui.
Les tueurs sont au pouvoir en Côte d’Ivoire et celui qui a la notion de la démocratie et la considération de l’être humain est à la Haye. Il est temps, grand temps d’établir la vérité sur la situation du Président Laurent GBAGBO, grand démocrate et grand homme de droit. Le Président Laurent GBAGBO n’a pas tué car il n’a pas cette culture ; et il l’a démontré dans les tentatives de résolution des problèmes que posaient la rébellion armée de Ouattara puis pendant la crise poste électorale où il demandait le recomptage des voix. A la différence, Alassane Dramane Ouattara, le Burkinabé, mettait tout en œuvre pour l’assassinat des ivoiriens qui ne voulaient que la paix. Il a tué les ivoiriens pour le pouvoir avec la complicité de sa rébellion (MPCI, MJP, MPIGO) devenue par la suite FAFN et aujourd’hui FRCI qui est différente des FANCI (Forces Armées Nationales de Côte d’Ivoire). La Côte d’Ivoire étant un pré-carré de la France, nous demandons à Monsieur François Hollande de faire libérer le président Laurent GBAGBO parce son incarcération est simplement et purement politique et non juridique.
Laurent GBAGBO, le fils de l’Afrique doit être libéré ;
Laurent GBAGBO, le digne fils de la Côte d’Ivoire doit être libéré.
Lorsque Monsieur François Hollande a été élu le 06 Mai 2012 président de la république Française, les vrais fils de la Côte d’Ivoire ont crié victoire et poussaient un ouf de soulagement parce qu’ils voyaient en lui un grand homme de vérité ; alors que cette vérité triomphe du mensonge.
Libérez GBAGBO !
Libérez GBAGBO !
Libérez GBAGBO !

Pour l’ADC Afrique
Le secrétaire général

Commenter cet article